Les enceintes intelligentes de Google et Amazon arrivent dans votre salon !

0
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

Si tu n’as pas « Intelligence Artificielle » ou « Assistant Personnel » sur ta #WishList de Noël, t’as raté ton année 2017. Ou presque. Il est vrai, qu’il ne se passe pas une journée sans que l’on croise l’un ou l’autre dans notre fil d’actu. Mais ces technologies sont-elles vraiment au point ? Faut-il se lancer, faut-il attendre ? A quelques jours de Noël, nous avons mené l’enquête et vous proposons de découvrir deux produits à moins de 60 euros imaginés par et/ou pour les mastodontes que sont Amazon et Google.

Amazon

On commence par le pionnier Amazon, qui s’est lancé dans l’Intelligence Artificielle voilà déjà 3 ans. Son assistant personnel intelligent baptisé Alexa a surtout été rendu populaire grâce aux enceintes Echo sorties au même moment aux Etats-Unis. En France, c’est une autre histoire. Bien qu’Alexa soit présente sur le territoire (sur notre HTC U11 par exemple, premier smartphone à en être équipé), il est difficile de trouver des appareils compatibles. En attendant l’arrivée des enceintes Echo dans l’hexagone en 2018, nous avons testé l’IA du géant de l’e-commerce sur une enceinte tierce, la iLuv Aud Click (disponible au tarif de 56,99 euros). Tour d’horizon.

L’enceinte iLuv

Elle prend la forme d’une petite canette, d’ailleurs, elle tient parfaitement dans un porte-gobelet dans la voiture (Oui je sais que vous avez un autoradio, c’était juste pour vous vous donner une idée du gabarit…). Il y a une « roue » sur le dessus pour régler le volume ainsi que deux boutons, un en dessous pour l’allumer et l’appairer à votre réseau WiFi (WPS) et un sur le dessus pour actionner l’écoute d’Alexa, le fameux « Click », on y revient plus tard. Car avant d’être intelligente, rappelons qu’il s’agit là d’une enceinte, et dans ce domaine, elle a quelques cordes à son arc :

  • Son haut-parleur est dirigé de telle façon qu’elle remplit aisément une pièce type séjour en diffusant à 360° ;
  • Dotée d’une batterie (autonomie d’environ 3 heures), elle est portable. En extérieur, on précisera tout de même que le son pourra être couvert par le bruit environnant, cela va sans dire ;
  • Elle n’a donc pas besoin de réseau WiFi pour fonctionner, puisqu’elle communique en Bluetooth avec votre smartphone.

Vous avez alors le choix de lancer une musique depuis votre application habituelle (en castant sur l’enceinte) ou bien d’ouvrir l’application propriétaire de l’enceinte (sous Android ou iOS) et de sélectionner vos musiques. Cette application est – plus ou moins – en Français, il y a quelques oublis de traduction mais elle reste simple à utiliser et une mise à jour viendra sûrement corriger cela. Mais attention tous les services de streaming ne fonctionnent pas avec cette enceinte, concurrence oblige… Evidemment, Amazon Prime Music est présent, tout comme TuneIn, et Spotify depuis cette semaine mais uniquement pour les clients qui profitent de l’offre Premium. Et oui, vous  n’êtes pas sans savoir que ces services musicaux ne proposent jamais aux utilisateurs gratuits de choisir leurs titres, (ou alors dans une certaine limite). Enfin, on notera qu’il est possible d’appairer plusieurs enceintes pour diffuser de la musique dans plusieurs pièces, c’est ce qu’on appelle plus communément le Multi-Room.

L’assistant Alexa

Intelligente. Connectée. Oui c’est sûr, mais pour le moment elle ne parle (et ne comprend) que l’allemand ou l’anglais. Dommage. Cela étant, elle comprend bien et accepte de recevoir plusieurs ordres à la suite comme « Turn on the TV and switch off the lights ». Au passage, « thermostat » se dit de la même manière en anglais. De rien. Bref, les commandes se font plus rapidement que si vous deviez vous lever chercher une télécommande ou encore ouvrir deux applications. Malheureusement/heureusement, puisqu’elle n’écoute pas continuellement, il vous faut « cliquer » sur le dessus avant de discuter avec elle, pensez-y lorsque vous la positionnerez chez vous. Et il vous faut aussi installer deux applications pour assurer son bon fonctionnement… La première pour assurer la communication avec l’enceinte, et la seconde pour les skills (ordres et compétences) Amazon Alexa. La liste est particulièrement longue, sûrement la plus aboutie du marché à l’heure actuelle. Il ne manque finalement qu’une compatibilité IFTTT pour parfaire l’expérience domotique, vivement la mise à jour. Je vous propose de découvrir l’enceinte de Google et de faire un point sur les deux produits en fin d’article.

OK Google !

Passons à présent de l’autre côté de la force (ça, c’est fait) et découvrons ensemble la petite dernière de chez Google. Petite, littéralement puisqu’elle arrive aux côtés des Google Home et Google Home Max. De l’autre côté de la force, car si la iLuv Aud Click (ci-avant) est une enceinte dotée de fonctionnalités intelligentes, le Google Home Mini est un assistant personnel ayant la capacité de diffuser de la musique. Vous saisissez la nuance ? Il n’a pas de batterie, n’est donc pas portable, il est fait pour être installé dans votre domicile. Et ça tombe bien puisqu’il va devenir le centre de commandement de votre maison connectée (pourvu que vous soyez équipé en domotique).

Toute la famille Google Home

L’assistant Google

On commence donc par vous présenter l’assistant et nous aborderons ensuite ses capacités musicales. Les utilisateurs Android – ou plus largement les adeptes de l’écosystème Google – connaissent déjà bien Google Assistant, l’intelligence artificielle du géant de Mountain View, disponible en France depuis le printemps. Capable de répondre à toutes vos questions, de prendre des notes pour vous, de vous raconter des petites blagues, et surtout de commander vos appareils domestiques connectés. Votre thermostat Nest, vos ampoules Philips Hue, vos prises connectées, j’en passe et des meilleurs. Et tout cela avec une seule application et par la voix, waouh !Avec un design minimaliste, le Google Home Mini se fond dans le décor et notre teinte galet (à gauche) prend tout son sens, un objet design de 10 cm de diamètre, 4 cm de hauteur que vous pourrez placer dans n’importe quelle pièce, pourvu d’être à proximité d’une prise de courant puisqu’il faut obligatoirement le brancher. A ce propos, Google a eu la bonne idée de modifier la connectique (par rapport au premier modèle) pour la rendre universelle, d’ailleurs un joli câble micro-USB est fourni. Pour activer l’assistant de Google, il vous suffit de prononcer les mots magiques « Ok Google », « Hey Google » ou encore « Dis Google ». Même pendant l’écoute de musique, les microphones parviennent à distinguer ces ordres. Notons au passage que l’écoute est désactivable via un bouton, pas forcément très pratique, mais il a le mérite d’exister pour vous rassurer (hashtag vie privée). A la rédaction, on suggérera aux plus aguerris de brancher le Home Mini sur une prise intelligente (comme celles que nous avons déjà pu tester, Devolo ou Belkin peu importe) et de préciser des plages horaires d’activation.

Google veut rattraper son retard et ne cesse d’améliorer son produit ; rien que ce mois-ci ont été annoncées deux nouvelles fonctions : « OK Google, diffusion » qui permet de diffuser un message au travers de l’enceinte même à distance, du genre « Je pars du bureau, c’est le moment d’enfourner les Pizzas les enfants » et deuxième fonction dans la droite lignée de ce que peut faire Amazon, passer deux commandes à la suite sans avoir à redire « Ok Google ». Enfin, on précisera que la voix française est assez naturelle (humaine) et on apprécie la compatibilité avec le protocole IFTTT qui permet de créer des règles et interactions entre tous vos appareils connectés.

L’enceinte Google Home Mini

Comme abordé en introduction, le Google Home Mini prend la forme d’un petit galet, avec une diffusion de la musique vers le haut à 360°. Sur le dessus, quelques Leds indiquent lorsque le Mini écoute ainsi que le volume sonore. On regrette l’absence de port jack pour y connecter les appareils type lecteurs MP3, mais le produit est clairement orienté pour l’usage de services musicaux en ligne. A ce propos, l’appareil met l’accent sur les produits de Google (Play Music…) mais permet également d’utiliser d’autres applications musicales comme Deezer, Spotify ou encore Soundcloud, à peu près tous les services hormis… Amazon, évidemment. Comme évoqué précédemment, si la lecture de musique est possible en castant, la fonction de « lancer tel ou tel artiste » ne fonctionne qu’avec les abonnements premium. Le son est de bonne qualité (bien meilleur que ce à quoi nous nous attendions) mais à réserver pour une pièce moyenne et uniquement pour mettre un fond sonore. Au-delà, on suggère (en fait, c’est Google qui indirectement vous suggère) de vous orienter vers un Chromecast Audio pour raccorder un ampli ou home cinéma. Le Google Home Mini est lui aussi Multi-Room.

En ces période de fêtes, Google France a noué un certains nombre de partenariats pour vous offrir gratuitement son enceinte (comptez 59 euros habituellement) et ainsi rattraper son retard avec Amazon, et prendre de l’avance avant l’arrivée des Apple HomePod et Orange Djingo. Si vous êtes intéressés, pensez donc à regarder notamment du côté de la Fnac, Darty, Boulanger (offert, à partir de 300 euros d’achats) ou encore chez l’opérateur Bouygues Telecom.

Conclusion

En somme, si d’apparence ces deux produits semblent être similaires, il n’en est rien. Ils ont chacun – non pas des avantages et des inconvénients – mais bien des particularités qui conviendront plutôt à l’un ou à l’autre d’entre vous. Ainsi le iLuv Aud Click est davantage une enceinte nomade qui vous permettra de goûter a little bit à l’Intelligence Artificielle alors que le Google Home Mini est clairement positionné comme étant un assistant personnel, quitte à mettre au second plan ses capacités musicales (pour mieux vous orienter vers son cousin Chromecast Audio). Ceci étant dit, ces deux produits nous ont étonné par leurs qualités sonores, suffisantes pour mettre une musique de fond et on vous déconseille de mettre le volume au maximum au détriment de la qualité. C’est finalement le service de streaming musical que vous utilisez (et auquel vous êtes abonnés en premium) qui est à notre sens le principal choix pour une enceinte de ce type, pensez à bien vérifier cet aspect.

Le match musical : l’iLuv est portable, le Home Mini possède plus de services de streaming, leurs qualités sonores sont semblables… égalité !

En ce qui concerne la domotique, il est vrai qu’il est très agréable de n’avoir qu’à prononcer une phrase pour voir s’activer tel ou tel appareil, ou pour avoir les réponses à nos interrogations. En cette fin d’année, Google règne sans réelle concurrence sur ce domaine en France, en attendant qu’Alexa parle la langue de Molière, (peut-être avec une voix moins robotisée ? A bon entendeur…) et qu’Apple et Orange ne commercialisent leurs produits. Outre la barrière de la langue, notons que ces assistants gagnent en polyvalence semaine après semaine en multipliant les partenariats avec les fabricants et les compatibilités avec les applications tierces. Ca ne peut qu’aller dans le bon sens et c’est tant mieux.

Le match domotique : Google parle français et possède une compatibilité plus étendue grâce au protocole IFTTT… victoire du Home Mini !

Il est évident que demander à un assistant – quel qu’il soit – d’effectuer une action sans avoir à se lever ou sortir son smartphone est confortable. Reste la question de la protection de votre vie privée. Ce sujet qui fait débat peut effectivement inquiéter, car si globalement, Amazon et Google affirment ne pas écouter nos conversations en dehors des mots magiques, j’ai constaté à plusieurs reprises que mon smartphone (qui dispose des deux assistants) s’éveille accidentellement lorsque je prononce les mots « avec ça » (prononciation proche de Alexa) ou encore parfois quand j’entame un « OK… » (même sans le Google). Rassurez-vous le iLuv n’écoute (vraiment) que lorsqu’on clique dessus et vous avez la possibilité de couper le micro du Home Mini lorsque vous n’en avez pas l’utilité. Précisons aussi que chacun émet un son et/ou une lumière spécifique durant l’écoute pour vous indiquer être en éveil.

Le match Vie Privée : iLuv n’écoute que lorsqu’on clique dessus…. victoire de iLuv !

Vous l’aurez compris, face à ce premier duel, c’est donc bien à vous de définir quels sont vos critères, vos besoins. Allez-vous faire vos premiers pas dans la domotique à assistance vocale et inviter les géants du net dans votre salon pour ces fêtes de fin d’année ou attendrez-vous que ce secteur ne s’étoffe l’an prochain ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here