Ecovacs Deebot Ozmo 930 : test du robot aspirateur hybride

0
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

208 minutes, c’est le temps consacré par les Français, chaque mois, pour passer l’aspirateur ! C’est aussi l’équivalent de 3 ou 4 épisodes de votre série préférée… Vous voyez où je veux en venir ? Si l’on se pose encore la question de s’équiper en 2018, je pense que dans 5 à 10 ans, le robot aspirateur sera présent dans chaque foyer au même titre qu’une machine à laver le linge ou la vaisselle. La question n’est donc plus de savoir si vous devez vous équiper, mais quelle marque et quel modèle choisir ?

Ecovacs : La revanche du made in China

Les aspirateurs robots, on en parle depuis une quinzaine d’années, les premiers modèles étaient onéreux, et ne proposaient qu’un balayage aléatoire à la façon d’une boule de billard. La miniaturisation et la démocratisation des composants électroniques a permis de proposer des modèles de plus en plus performants et accessibles financièrement. Sont ainsi apparus dans l’hexagone des modèles connectés, méthodiques et intelligents tel que le Deebot Ozmo 930. Ce robot aspirateur est fabriqué par le chinois Ecovacs, qui tente de se faire une place en France après une implantation réussie chez nos voisins Allemands.

Difficile d’aller à l’encontre des idées reçues : auparavant synonyme de bas de gamme, la High-Tech chinoise regagne pourtant en popularité. Il suffit de regarder Lenovo (leader mondial du PC depuis 2013), Xiaomi (numéro 3 des smartphones derrière Apple et Samsung), pour s’en convaincre. Ecovacs fait partie de ces sociétés chinoises qui prônent la qualité et viennent chasser sur les terres des américains et allemands, références sur le marché de l’aspirateur robot. Sur le papier, ce Deebot Ozmo 930 est donc très prometteur, voyons ce qu’il en est vraiment après 6 semaines de tests.

Deebot Ozmo 930 : Le robot tout terrain ?

L’heure est donc aux présentations. Dès le déballage, on constate le soin apporté par la marque pour protéger et mettre en valeur Oz’ (c’est le petit nom qu’on lui a donné). Dans le carton, tout est absolument bien organisé, voici ce que vous y trouverez :
– Le robot aspirateur, sur lequel est déjà installé le module roto-brosse, le réservoir d’eau, le bac à poussière et son filtre HEPA ;
– Un module « cheveux et poils d’animaux » (qui se substitue au module roto-brosse) ;
– Un jeu de brossettes ;
– Un module serpillère avec sa lingette lavable/détachable ;
– La base, socle de rechargement secteur ;
– Un petit pinceau pour nettoyer les saletés éventuelles ;
– Un kit de rechange (jeu de brossettes, lingette/serpillère et un filtre HEPA).

Très bien équipé donc, d’autant plus quand on sait que ce kit de rechange est vendu 29.99 € et qu’il est conseillé d’en remplacer tous les 6 mois… Un beau cadeau de bienvenue. Après avoir détaillé ses accessoires, passons aux caractéristiques du robot, dont la liste est tout aussi longue ! Propulsé par une batterie au lithium (3200 mAh) qui promet 2 heures d’autonomie, le Ozmo 930 est doté de nombreux capteurs qui lui permettent de se repérer (Télémètre laser), d’éviter les obstacles et de ralentir à l’approche de mobilier, murs et même des miroirs (ultra-sons), mais aussi de détecter le type de sols et leur niveau de saleté via d’autres capteurs sous l’appareil. Il est aussi en mesure de vous indiquer lorsqu’un de ses réservoirs est vide (eau) ou plein (poussière). En comparaison à d’autres modèles concurrents, on apprécie d’ailleurs particulièrement la facilité d’accès au bac à poussière – dissimulé sous le capot supérieur – ainsi qu’au réservoir d’eau, situé à l’arrière de l’appareil. En bref, vous n’aurez jamais à porter le robot, ni à le retourner.

Alors, robot tout terrain ? Presque, s’il peut grimper à peu près partout, il a tout de même un petit défaut, comme tous ses confrères cela dit : il ne sait pas (encore) gérer deux niveaux différents dans une maison. Pourtant équipé d’une poignée, vous pouvez tout à fait l’emmener à l’étage, il aspirera toutes les pièces accessibles et reviendra à l’endroit où vous l’avez déposé (puisqu’il ne trouvera pas sa base) mais le problème est que lorsque vous le replacerez sur celle-ci, il effacera la précédente carte enregistrée, dommage. De manière générale, il n’aime pas trop qu’on le déplace manuellement et a tendance à nous le rappeler (oui, il parle très bien le français)…

Alors pourquoi ne pas permettre la gestion de deux niveaux ? Le fabricant nous répond que cela permet de garantir aux utilisateurs qu’aucunes de leurs données personnelles (les plans de votre logement) ne sont stockées en ligne. Bon point pour la protection des données donc… Le robot enregistre, modifie ou écrase la carte à mesure qu’il évolue ; une petite mémoire locale, ou un mode configuration permettrait d’éviter certains déboires, nous y reviendrons plus bas. A bon entendeur…

Hybride, il aspire et passe la serpillière, en même temps !

Oz’ aspire, passe la serpillère et cela dans pratiquement toutes les situations : parquet, carrelage, tapis, moquette, rien ne lui résiste. Ses dimensions lui permettent de passer sous certains meubles, sous le lit, entre les pieds de chaises, etc. Ses roues et amortisseurs lui permettent de franchir des seuils de porte (ou tapis épais) jusqu’à 1,6 cm. Le long des murs et dans les coins, les brossettes rotatives dirigent la poussière vers le bac prévu à cet effet et ne tournent pas trop vite, juste ce qu’il faut. Enfin, la pompe à eau à commande électronique est sans cesse approvisionnée en eau à partir d’un réservoir d’une capacité de 300 ml et n’alimentera la serpillière qu’au moment d’entrer dans les pièces que vous lui avez indiquées, c’est assez bluffant. De même, lorsque le module serpillière est en place, il évitera les tapis.

Installation – Configuration

Avoir un aspirateur robot à la maison nécessite quelques petits aménagements… Au moins le premier jour – après c’est mieux aussi -, vous m’avez compris, les chaussures et câbles qui traînent, c’est fini ! Idem pour les chaises, fauteuils de bureau, pots de fleur disposés ça et là, on range, on range, on range. Globalement, tout ce que vous faites machinalement en passant vous même l’aspirateur, il faudra le faire avant le passage du robot, et notamment, le plus important : ouvrez toutes vos portes !

C’est d’autant plus important de soigner la configuration initiale, dans la mesure où nous vous l’indiquions plus haut, si Oz’ ne visite pas une pièce le premier jour, il y a peu de chance qu’il y retourne par la suite. De même, si vous décidez, comme nous, de changer l’emplacement de la base, il réinitialise. On aurait apprécié pouvoir lui indiquer une zone oubliée, à scanner à nouveau mais cela n’est pas (encore) possible, il faut tout réinitialiser, et donc repartir pour 50 minutes de nettoyage (pour 80 m²). L’avantage, me direz-vous, c’est que c’est propre, puisque même lorsqu’il cartographie, il aspire… A l’inverse, nous avons été surpris de voir que même en plein cycle de nettoyage, il était capable d’intégrer de nouvelles informations et de s’adapter, nous lui avons rajouté un tapis épais, enlevé un meuble, aucun problème : il s’adapte, aspire, nettoie et met à jour sa carte en temps réel (visible sur l’application).

L’application

Une fois votre robot configuré, votre logement cartographié, deux solutions s’offrent à vous : soit vous laissez Oz’ vivre sa vie d’aspirateur, et appuyez sur le bouton auto quand bon vous semble, auquel cas la suite de cet article ne vous concerne déjà plus vraiment, quoique… Soit vous voulez exploiter les fonctionnalités intelligentes de votre nouveau compagnon à roulettes et vous êtes au bon endroit. Mais au fait, que peut bien faire un aspirateur intelligent ? Et bien, après avoir renommé les zones/pièces, vous pouvez lui indiquer d’aspirer le salon et le bureau à telle heure et la chambre de votre ado un peu plus tard. Vous pourrez aussi lui demander – après avoir fait à manger, brossé le chien, ou que sais-je – d’aller aspirer ces quelques mètres carrés uniquement. Bientôt, vous pourrez même le commander à la voix puisque Ecovacs sera la première marque à être compatible avec les assistants vocaux tels qu’Amazon Alexa, Google Assistant, etc. Toutes ces améliorations arrivent régulièrement par le biais de mises à jour OTA, nous en avons reçu deux durant ces six semaines de tests.

Le Deebot Ozmo 930 est aussi intelligent car il définit lui même le chemin qu’il préfère et non-pas forcément celui que vous auriez emprunté. C’est pourquoi, des fois, nous étions étonnés de le voir commencer une pièce sans en avoir fini une autre (le couloir par exemple) mais, il sait ce qu’il fait, il économise ses déplacements (et donc sa batterie)… A la fin de son scan, il repasse dans les zones « grises », non aspirées ; un rapide coup d’œil sur le rapport de nettoyage permet de s’en assurer. Cela devient tellement confortable de ne s’occuper de rien qu’on oublierait presque de vider son bac à poussière, mais Oz’ saura vous le rappeler.

Certaines marquent proposent des barrières physiques (laser ou bande magnétique) à poser au sol au milieu de votre appartement pour signaler une zone à ne pas franchir. Si la majorité des robots sont design et peuvent être « exposés » à la vue de tous, pour ces accessoires, on repassera et avec Ecovacs, on apprécie de pouvoir en créer (numériquement) autant qu’on le souhaite sur l’interface tactile de l’application. Notons au passage que la plupart des modèles du marché détectent automatiquement les escaliers, inutile de les signaler.

 

Astuce : Créez des petites zones aux endroits un peu compliqués comme les tables et chaises de salle à manger. Cela évite à Oz’ de se fatiguer à contourner chaque pied, d’essayer de passer en dessous à tout prix. Et une fois de temps en temps, déplacez les chaises et supprimez la zone interdite ! 

Plus efficace, plus discret et plus économe en énergie qu’un aspirateur traditionnel

Notre magicien Oz’ est donc plus efficace que nous autres humains-fainéants, car il aspire durant 2 heures s’il le faut, il se faufile sous les meubles, sous le lit, et surtout grâce à son roto-brosse et sa serpillère, il élimine plus de poussières qu’un simple aspirateur. Mais ça ne s’arrête pas là, il est aussi plus discret. A un tel point, que le premier jour d’utilisation, nous avons cru qu’il commençait par cartographier l’appartement et avons été étonnés de découvrir le bac à poussière rempli en fin de parcours : il faut le voir l’entendre pour le croire, c’est tout à fait possible d’avoir une discussion sans élever la voix pendant qu’Oz aspire dans la même pièce ! Peut-être qu’une fois ou l’autre, il viendra vous tapoter le pied mais son ronronnement grave vous fera l’oublier rapidement, cela n’a rien à voir – du tout – avec le son strident caractéristique de nos aspirateurs classiques et cycloniques. Pour encore plus de discrétion, rien ne vous empêche de le faire tourner en votre absence et c’est en cela qu’il devient également plus économe !

Oui, cet aspirateur robot est aussi plus économe en énergie, pour le bien de la planète, et pour celui de votre porte-monnaie. Premièrement, il consomme vraiment moins de puissance électrique, rappelons que la majorité des aspirateurs classiques consomment entre 600 et 2000 W (même si depuis depuis le 1er septembre 2017, les nouveaux modèles ne doivent pas dépasser 900 W). Oz’ plafonne à 17W en pleine charge ! De plus, vous pouvez le programmer juste avant vos heures creuses, ce qui fait qu’il reviendra à sa base au moment où vous payez moins cher votre énergie, c’est donc aussi plus écologique, puisque ça permet de répartir la demande en énergie sur un territoire, mais je m’éloigne du sujet…

Sans vous noyer dans les chiffres, je vais essayer de synthétiser quelques statistiques pour que vous puissiez voir combien de temps faut-il au Deebot Ozmo 930 pour aspirer, nettoyer, se recharger :

  • 0,8 minute par m² aspiré,
  • 1,1 minute par m² aspiré ET lavé,
  • Entre 2,1 et 2,9 minutes par minute d’utilisation pour le chargement secteur.

Données moyennes sur toute la durée du test, issues de l’application en ce qui concerne le temps et la surface de nettoyage et de notre prise connectée en ce qui concerne le temps de chargement réel.

Conclusion

Le ménage est une corvée, certains français décident de ne passer l’aspirateur qu’une fois par quinzaine, d’autres sont contraints de le passer chaque jour parce qu’ils ont des animaux ou qu’ils sont allergiques, tous peuvent se simplifier la vie et améliorer la qualité de l’air intérieur avec un tel appareil. Autonomes, programmables, intelligents, connectés, les fabricants débordent d’ingéniosité… Quand on sait que 4,8 millions d’aspirateurs (classiques) sont vendus chaque année en France, et que seuls 500 000 foyers sont équipés d’un aspirateur robot, on comprend pourquoi. Ecovacs, propose une très large gamme (pas moins de 19 modèles différents) pour se faire connaître du grand public, pour marquer l’esprit et être présent. L’avantage pour le consommateur, c’est que les modèles d’entrée de gamme bénéficient progressivement des avancées de leurs grands frères, nous aurons l’occasion de tester l’un ou l’autre de ces modèles pour nous en assurer.

Acheter un robot aspirateur, c’est donc acheter du temps libre, c’est aussi avoir un appartement plus propre car le ménage est réalisé plus souvent et plus efficacement. L’objectif de notre premier test consacré à un robot aspirateur était de lister ce qui se fait de mieux, au meilleur prix. Au moment de publier cet article, ce Deebot Ozmo 930 est vendu entre 529 et 599 € selon les sites marchands (cdiscount, Fnac, Darty), soit à mi-chemin entre les entrées de gamme concurrents (300€) et le haut de gamme allemand ou américain (900 €), qui au passage n’offre pas le même niveau d’équipement de série. Il n’appartient alors qu’à vous de voir quels sont justement les accessoires (serpillière, barrière physiques/numériques) et fonctionnalités (navigation aléatoire, méthodique ou intelligente) dont vous avez besoin, et donc de choisir le modèle qui conviendra le mieux à votre logement.

Vous avez une question sur ce Deebot Ozmo 930, nous sommes là pour tenter d’y répondre, rdv dans la section commentaires, ci-dessous, à bientôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Message du commentaire manquant
Auteur du commentaire manquant