3 mois passés avec la nouvelle Microsoft Surface Pro 2017

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Géraud Matériel 0
3 mois passés avec la nouvelle Microsoft Surface Pro 2017

Tablettes-PC, convertibles, détachables, transformables, 2-en-1, hybrides,… En 2017, on ne sait plus où donner de la tête ;) Mais si chaque fabricant y va de son petit nom, ils s’accordent tous à dire que c’est LE format à la mode. D’ailleurs le seul segment en croissance, face au repli des (simples) tablettes tactiles et PC. Et oui, ces derniers ont été balayés par nos smartphones, de plus en plus grands (il n’y a parfois à peine plus d’un pouce de différence entre les grandes phablettes et les petites tablettes) et de plus en plus puissants. Ces smartphones nous ont habitués à faire presque tout, sans passer par la case « bureau ». Presque, car bien qu’ils soient toujours présents lorsqu’il s’agit de s’amuser et de se divertir (regarder une petite vidéo, poster un tweet ou surfer sur WebLife), dès lors qu’il faut travailler un peu, au-delà d’un simple mail, il n’y a plus personne… Car oui, le digital nomade est productif. Et dans ce rayon, c’est Microsoft qui excelle. Par son système d’exploitation Windows 10 (Pro) qui se contrôle du bout des doigts ; mais aussi par sa suite Office évidemment (Word, Excel…) et enfin par l’arsenal d’applications métier et autres outils de productivité développés depuis des décennies (AutoCAD, Adobe Creative…). Bref, Microsoft a sorti une nouvelle Surface Pro. La nouvelle Surface Pro ! Et comme depuis la première du nom -il y a 5 ans-, promesse est faite de remplacer votre bon vieil ordinateur de bureau. Aujourd’hui, plus que jamais…

Un Design qui a fait ses preuves

Depuis 2012, les choses ont changé. Par petites touches correctives, année après année, le géant de Redmond semble être arrivé au 2-en-1 idéal. Le format du châssis (en magnésium) n’a pratiquement pas bougé depuis la précédente génération sortie fin 2015, preuve que ce design est arrivé à maturation, n’y touchons plus. Pour le moment. On retrouve donc l’excellent écran PixelSense de 12,3″ (2736 x 1824, 273 ppi) proposé au format 2:3, savant compromis pour un usage en mode portrait ou paysage. A noter que cette fois, la dalle tactile 10 points accepte le Surface Dial, accessoire que nous aborderons un peu plus bas. Pour ce qui est du reste, et en y regardant de plus près, on trouve ça et là de petites évolutions, et non des moindres : la nouvelle charnière permet de positionner finement la béquille selon l’angle de votre choix, de 0 à 165° soit presque à plat. Rien de plus naturel que ce mode -emprunté à la grande sœur Surface Studio- pour écrire et dessiner avec le stylet. Enfin, la position des caméras, les haut-parleurs stéréo en façade, les évents ont été légèrement revus tout comme les bords de la tablette ont été arrondis. Microsoft, sans prendre de risques, améliore donc ce qui a fait le succès des précédentes générations de Surface Pro, on ne change pas une équipe qui gagne ! Ces choix ont par ailleurs l’avantage de rendre compatibles les anciens accessoires (clavier, dock,…) avec ce nouveau modèle.

surface kickstand

Cliquez sur l’image pour découvrir en VIDÉO la nouvelle béquille !

Une fiche technique de compétition

Si le design n’a pas beaucoup évolué, à l’intérieur, c’est une autre histoire : pas moins de 800 composants auraient été remplacés ; nous croyons Microsoft sur parole, impossible d’ouvrir la bête. Si l’essentielle de la connectique reste inchangée (ports Mini-Display, Jack 3,5 mm, micro-SD, USB standard), certaines modifications sont bien palpables, comme l’apparition du Bluetooth 4.1, aux côtés du Wifi et plus tard dans l’année de la 4G. Il en est de même pour les cellules de la batterie : la nouvelle Surface Pro en accueille 20% de plus que la SP4. Sans prendre un seul gramme (786 g). Sans prendre un seul millimètre (292,10 x 201,42 x 8,5 mm). Bravo ! Encore mieux, grâce à un système de refroidissement passif propriétaire, Microsoft propose à présent des modèles Core i5 fanless (sans ventilateur) à l’instar des Core m3 jusqu’alors. Une aubaine pour l’autonomie dont nous parlerons tout à l’heure et un bonheur pour les oreilles : la machine tourne sans le moindre bruit, et ne chauffe quasiment pas. On a noté une légère chaleur à proximité de la caméra dorsale après une grosse session de montage vidéo, tout à fait acceptable. Ce qui nous amène doucement à vous présenter les 6 configurations disponibles. Il s’agira de choisir en fonction de vos besoins et de votre budget quel modèle est fait pour vous. Tous sont propulsés par des puces Intel Core de 7ème génération (Kaby Lake), plus performantes et moins gourmandes en énergie. Rappelons au passage que si le stockage venait à manquer, un lecteur de carte micro-SD est accessible une fois la béquille déployée.

configurations surface pro

Le modèle testé (i5 / 8 Go Ram / 256 Go) est à notre sens le mieux équilibré, et à priori le meilleur rapport qualité/performances/prix. Au-delà (pour le très haut de gamme, i7) on aurait plutôt tendance à vous conseiller la Surface Laptop, proposée au même tarif, mais -évidemment- fournie avec le clavier et un an d’abonnement à Office 365.

Sur le papier, cette nouvelle Surface Pro est donc plutôt séduisante, voyons un peu ce qu’elle a dans le ventre avec ces quelques tests d’autonomie et de performances :

  • AUTONOMIE

Des chiffres, des chiffres ! Je vous vois derrière vos écrans… et ça n’est même pas de votre faute, c’est la société qui veut ça. Regardez les publicités des constructeurs automobile : « une autonomie record ! » Bla bla bla, en vrai, ça ne marche que sur une autoroute, en descente, belle-maman à l’arrière, les fenêtres fermées, sans clim, les fesses serrées… Et chacun sait que sur le trajet retour, en prenant la bonne vieille Route Nationale, avec de la musique « trop stylée », vous seriez capable de doubler votre conso (et donc de diminuer de moitié la-dite autonomie). Mais les constructeurs -de voitures comme de tablettes, on y revient- n’ont pas trouvé meilleur moyen pour savoir qui a la plus grosse. Alors on benchmark comme des sauvages, on regarde 12 heures de vidéos d’affilée, et ça donne ça :

Bref, l’augmentation de la taille des batteries, les nouvelles puces Intel Core, et les optimisations du logiciel interne vous permettront de partir toute la journée sans vous encombrer du chargeur d’origine. De plus, même si c’est vous (et votre usage) qui allez faire la différence, la tablette propose différents modes d’économie dont même le plus extrême permet un usage bureautique/navigation internet. Ceci étant, nous attendons avec impatience la sortie (avant la fin de l’année) de l’adaptateur Surface Connect / USB Type-C capable de faire passer l’alimentation, mais aussi les données. Les plus anxieux impatients d’entre vous pourront d’ici là investir dans un second chargeur ou dock pour alterner domicile/travail.

  • PERFORMANCES

Des chiffres, des chiffres ! Laissez-moi vous dire que vous n’êtes pas sortables… OK, on gonfle les muscles, on sort les specs ! Là encore, Microsoft n’a pas hésité à mettre les moyens, c’est une véritable vitrine technologique, au risque de nous répéter. Nous sommes en présence de vrais processeurs de type « U » et pas « Y ». C’est donc mieux que la majorité des ultra-portables, et on ne parle même pas des tablettes concurrentes. Le disque SSD Samsung est lui aussi de bonne facture, bref, pas étonnant que la tablette se place dans le peloton de tête des benchmarks que vous chérissez tant. On installe la suite Adobe, et on passe d’une retouche photo, à une retouche vidéo, à tout autre application quelle qu’elle soit, sans sourciller. Seuls les hardcore gamers seront en reste sur leurs jeux les plus exigeants, mais en même temps, ça n’est pas très « pro » hein…

Pour mémoire, ces tests ont été réalisés avec le modèle i5/8/256 : configuration qui, au-delà de ces quelques chiffres, a su répondre à toutes nos autres sollicitations, en usage polyvalent. C’est ainsi que s’achève la présentation de la tablette en elle-même, qui est disponible en un seul coloris (gris), libre à vous de l’égayer avec des accessoires colorés…

Des accessoires in-dis-pen-sables !

Ok, jusque-là, on a une tablette de compèt’, mais avouons-le, pour en faire ce « 2-en-1 sans compromis » dont parle Microsoft, il nous manque un petit quelque chose. Ou deux : les accessoires. Vendus séparément. L’idée peut faire grimacer mais n’est pas si mauvaise : certains possesseurs de Surface Pro 4 ne voudront peut-être pas ré-investir dans un second Type Cover (les accessoires sont compatibles et rétro-compatibles), bien qu’il aurait été intéressant tout de même de proposer un bundle pour les nouveaux venus. L’autre raison peut-être encore plus probable concerne les stocks des revendeurs qui auraient alors été multipliés par 4 (autant que de couleurs disponibles : noir, bordeaux, platine, bleu cobalt). Idem, le stylet n’est plus fourni avec la tablette pour les mêmes raisons. Pour ceux qui peuvent s’en passer, la facture est ainsi plus légère (la SP4 à son lancement était commercialisée à partir de 999 €). Ces accessoires que nous vous proposons de découvrir restent selon nous indispensables à l’utilisation de la nouvelle Surface Pro.

accessoires surface pro

  • LE STYLET

Une fois positionnée en mode studio (béquille ouverte complètement), la dalle n’attend qu’une chose : votre créativité. Et c’est un jeu d’enfant. Le nouveau Surface Pen permet désormais de détecter l’inclinaison et offre une précision de 4 096 niveaux de pression, rien de moins. La latence annoncée est de 21 ms, imperceptible. Il est doté de boutons et d’une gomme aussi pratiques qu’efficaces. Vous pouvez changer de type de « mines » pour des écritures plus ou moins épaisses, chose que vous pouvez également régler dans votre application de dessin/prise de notes. Nous avons testé l’excellent Paint 3D (qui mériterait un article à lui seul, le pinceau magique est vraiment magique !), prenez n’importe quelle image sur le net et gribouillez-la, coloriez-la. Pour ma part, je l’utilise pour dessiner des croquis d’aménagement à main levée et avec l’aide de la règle numérique tactile, géniale ! Et comme chacun le sait, une image vaut parfois mieux que mille mots, si vous voulez communiquer avec quelqu’un à distance, prenez une photo, annotez, envoyez… Ah ben tiens, puisqu’on en parle, c’est le moment de vous montrer les capacités photos (non retouchées) de la nouvelle Surface Pro. Des capteurs, à l’arrière comme à l’avant qui font le job, regardez plutôt !

Ce nest pas parce que la caméra principale fait de belles photos qu avec votre tablette à bout de bras)

Oui la Surface fait de belles photos bien définies mais vous avez l’air bête à la brandir ainsi. A consommer avec modération…

Hé Coucou ! On se fait une visio avec mes deux microphones et hauts parleur stéréo Dolby Audio ?

Hé Coucou ! On se fait une visio-conf’ avec les deux microphones et haut-parleurs stéréo Dolby Audio intégrés ?

Bref, pour qui, pour quel usage ce stylet ? Etudiants, professeurs, prenez des notes, surlignez, annotez directement sur une photo, un document ou une capture d’écran ; photographes, détourez, retaillez et retouchez vos photos au pixel près ; artistes, designers, architectes, faites nous donc ce joli croquis comme on les aime (et laissez donc tranquilles ces nappes en papier au restaurant) !

Disponible au tarif de 109 € en quatres nouveaux coloris

Disponible au tarif conseillé de 109 €, en quatre nouveaux coloris

  • LA SIGNATURE TYPE COVER

Bien sûr qu’il est possible de tapoter sur l’écran tactile de la Surface Pro, mais soyons sérieux deux minutes : sans parler du gain de place sur l’écran, l’expérience de frappe avec un vrai clavier physique est sans commune mesure. En plus, nous avons là ce qui se fait de mieux sur le marché. A un tel point que Microsoft songerait à développer un clavier pour iPad devant la demande des utilisateurs (mais chut, c’est un secret *clin d’œil*). Pourquoi un tel succès ? Peut-être pour ses touches suffisamment espacées et rétro-éclairées (plusieurs niveaux de réglages) ou pour sa course de frappe de 1,5 mm : vu la faible épaisseur de la cover, c’est impressionnant ! Et puisqu’elle est connectée directement à la tablette (via une fixation magnétique puissante facile à mettre en place) il n’y a pas le moindre lag ni sur-consommation que nous pouvons avoir avec des claviers Bluetooth. La cover dispose d’un touchpad suffisamment grand pour vous permettre d’un seul geste de traverser tout l’écran en diagonale avec votre pointeur. De plus, comme toute cover qui se respecte, elle protègera votre écran une fois refermée tout en rajoutant une touche de style, en alcantara s’il vous plaît ! Vous savez, cette matière que l’on trouve sur certains sièges de voitures de prestiges : un confort pour vos poignets, et une résistance à l’eau et aux saletés. Enfin, on apprécie les nombreuses touches de raccourcis multimédia et le fait que la dalle reste tactile lorsque le clavier est connecté. Pratique dans certaines conditions notamment dans l’explorateur de fichiers, même si l’expérience est perfectible. Pour ce dernier point, attendons la mise à jour Fluent Design System / Windows 10 Fall Creators prévue le 17 octobre prochain…

Disponible au tarif conseillé de 179 € en trois nouveaux coloris

Disponible au tarif conseillé de 179 € en trois nouveaux coloris

  • LA SURFACE ARC MOUSE, LE SURFACE DOCK ET LE SURFACE DIAL

D’autres accessoires que nous n’avons pas testés sont là pour vous épauler au quotidien. On citera rapidement la souris pliable (84€) sans avoir besoin de s’étendre sur le sujet. On s’arrêtera un instant sur la station d’accueil (229€) qui vous permet de charger votre appareil, d’accéder à deux moniteurs/vidéo-projecteurs externes, un clavier, une souris, une imprimante, et bien plus encore. Et enfin, les plus créatifs adopteront rapidement le Surface Dial (109€), bien qu’il soit -selon nous- plus adapté au Surface Studio, dont l’écran est (beaucoup) plus grand…

  • DE QUOI PROTEGER L’ECRAN ET LA COQUE

Au-delà de ces accessoires « officiels », pensez à protéger votre tablette avec une housse ou coque (Microsoft vous en suggère plusieurs ici) ou au moins avec une protection d’écran. Nous avons repéré et testé celle d’Olixar, en verre trempé, de très bonne qualité. Le film ultra fin (0,33 mm) offre une très bonne visibilité et un confort tactile inchangé, il est parfaitement découpé pour épouser la forme de l’écran tout en contournant les haut-parleurs et caméras.

film olixar surface pro

Conclusion

C’est le moment d’aligner les + et les -, on commence par les -, c’est plus facile… mais quand même Microsoft, punaise (!) c’est quoi ce nouveau nom, et ce port propriétaire de charge, pourquoi ? Et l’USB Type-C, il est où ? Et la clé Office 365, non là vraiment tu déconnes… Alors oui je sais, l’adaptateur de charge sort plus tard dans l’année ; re-oui-je-sais, le port USB classique m’est bien utile pour y connecter une clé ou un disque dur externe, mais cette clé d’activation Office, c’était trop demander pour les acheteurs du pur produit 100 % Microsoft ? … Bon, aller, puisque c’est -finalement- ton seul défaut, je passe l’éponge. Pour cette fois ;)

Vous l’aurez compris, Microsoft tient ses promesses : la nouvelle Surface Pro a quasiment remplacé notre ordinateur de bureau. Même le smartphone, qui régnait jusqu’alors dans le canapé ou sur le chantier se sent parfois délaissé… Il faut dire que Microsoft ne fait pas dans la demi-mesure (sauf pour le tout petit mois d’essai Office, hein), il montre l’exemple aux autres constructeurs du segment hybrides, qui vendront à leur tour des licences Windows comme des petits pains, qui convaincront les développeurs de logiciels tiers d’étoffer encore un peu plus l’immense logithèque qui fait la force de Microsoft, qui continuera de montrer l’exemple, etc. L’équipement embarqué dans cette nouvelle Surface Pro est de très bonne facture aussi bien pour les caméras, haut-parleurs, cellules de batterie, processeurs, que pour le disque SSD,… Si je devais résumer cette cinquième génération de Surface Pro en cinq mots, je dirai qu’il s’agit d’un outil professionnel et complet (ces deux mots ne comptent pas encore) qui allie mobilité, performances, autonomie, productivité et divertissement. Voilà, ça fait cinq, tant pis pour la créativité, j’en parlerai la prochaine fois, pour la sortie de la nouvelle nouvelle Surface Pro… (Je vous ai déjà dit ce que je pensais du nom ?)

Le coin des bonnes affaires…

On termine par les bons plans : la nouvelle Surface Pro bénéficie de 10% de remise pour les étudiants (ou parents de) et professeurs sur le site de Microsoft. Et l’ancienne génération, la Surface Pro 4 y est proposée à -30%. Nous avons privilégié le revendeur spécialiste Bechtle, qui était le seul à garantir la livraison le jour du lancement et qui -en plus de conseils avisés- propose des tarifs avantageux sur toute la gamme : 100 € le stylet (au lieu de 109) ; 132 € la Signature Type Cover (au lieu de 179) et des réductions sur chaque configuration de la tablette allant jusqu’à 195 €. Voilà, vous savez tout, si vous avez des questions sur une caractéristique, une fonctionnalité, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire ci-dessous, à bientôt !

Surface pro

Laisser un commentaire