Google fait appel de sa condamnation par la CNIL concernant le droit à l’oubli numérique

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Anne Référencement 1
Google fait appel de sa condamnation par la CNIL concernant le droit à l’oubli numérique

La CNIL avait exigé que le géant de Mountain View déréférence certains contenus (et dans toutes ses extensions) au nom du droit à l’oubli numérique qui s’applique en Europe depuis Mai 2014. Google a bien appliqué la demande mais seulement en partie puisque les contenus sont déréférencés sur google.fr, google.de ou google.es puisqu’il s’agit de l’Europe mais seront toujours accessibles depuis google.com ou dans les extensions de pays hors UE par exemple. 

Google avait alors ajouté un filtre supplémentaire empêchant l’accès aux contenus en question sur les autres extensions mais uniquement si la requête est effectuée depuis le pays où a été émise la demande de droit à l’oubli. La CNIL n’étant toujours pas satisfaite de cette solution avait condamné Google à 100 000 euros d’amende. Le géant américain a décidé de faire appel car il estime que la CNIL n’a pas d’autorité en dehors de la France. Ce n’est évidemment pas le montant de l’amende qui est problématique mais plutôt les conséquences d’une telle décision qui devrait logiquement également s’appliquer dans d’autres pays qui demandent également le retrait de certains contenus (Turquie ou Thaïlande par exemple).

Via & Via

Laisser un commentaire

Un commentaire le "Google fait appel de sa condamnation par la CNIL concernant le droit à l’oubli numérique"

    Rétroliens de cet article

    1. Google fait appel de sa condamnation par la CNI...