Google : Le copyright, un nouveau critère de positionnement

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5,00/5 - 2 vote(s))
Baptiste Moteur de recherche 1
Google : Le copyright, un nouveau critère de positionnement

Sur-référencer les sites proposant des offres légales de téléchargement au sein de Google. La proposition avait sans surprise été lourdement repoussée lors des discussions concernant Hadopi. La solution aujourd’hui dévoilée par la firme de Mountain View pourrait cependant bien offrir une solution, non pas pour abolir mais davantage enrayer le piratage.

Google reçoit en effet des ayants droit de très nombreuses demandes de suppressions d’URLs de son index, que l’on peut d’ailleurs suivre au travers de son Transparency Report. Le géant de la recherche annonce plus de 4,3 millions de telles requêtes, uniquement au cours des 30 derniers jours.

Ainsi, pour lutter contre le non-respect des droits d’auteur, mais aussi pour trouver une solution à cette forte augmentation du nombre de demandes de suppression d’URLs, Google communique officiellement sur le fait que le signal fera désormais partie des critères pris en compte par l’algorithme pour définir le positionnement des sites internet dans les pages de résultats du moteur.

Starting next week, we will begin taking into account a new signal in our rankings: the number of valid copyright removal notices we receive for any given site. Sites with high numbers of removal notices may appear lower in our results. This ranking change should help users find legitimate, quality sources of content more easily.

En d’autres mots, un site web sur lequel se trouve des liens favorisant le piratage et cité de manière justifiée dans les demandes formulées par les ayants droit à Google dégringolera dans les SERPS.

Bonne mesure prise par Google sur la papier. A voir si en pratique le résultat obtenu est celui espéré.

Via

Laisser un commentaire

Un commentaire le "Google : Le copyright, un nouveau critère de positionnement"

  1. Kelcible 13/08/2012 à 16:20 · Répondre

    Et vive le negative SEO !