Google Knowledge Graph : Les limites de la recherche sémantique

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5,00/5 - 2 vote(s))
Baptiste Moteur de recherche 0
Google Knowledge Graph : Les limites de la recherche sémantique

La fonctionnalité Google Knowledge Graph était dévoilée en mai 2012 par la firme de Mountain View. Pour rappel, l’idée est d’apporter une réponse rapide et pertinente à l’internaute, dès la page de résultats du moteur de recherche, sans qu’il n’ait besoin de se rendre sur un quelconque site internet proposé. Vous l’aurez compris, la difficulté de l’exercice se situe dans la compréhension de l’information recherchée au travers des mots clés précisés.

En donnant une valeur sémantique à la recherche, Google est notamment en mesure de proposer des recherches associées ou encore des données concernant la valeur nutritionnelle d’aliments dont on souhaite avoir des détails. En août 2012, Google couplait d’ailleurs cette merveilleuse fonctionnalité à la recherche vocale pour les appareils mobiles (smartphones et tablettes tactiles).

Et si Google se trompait dans la compréhension de la question formulée via l’expression de recherche ? Nul n’est parfait, et l’algorithme du Google Knowledge Graph n’échappe certainement pas à la règle.

Tel qu’illustré par la capture ci-dessus, la polysémie est sans surprise sujet à confusion. Dans le cas précis, Google s’emmêle les pinceaux entre l’alcool le Brandy et l’actrice et chanteuse de pop/RnB Brandy Norwood. Illustration d’un objet avec la photo d’une personne faite de chair et d’os. Le moteur de recherche s’est déjà montré plus pertinent.

Un ajustement de l’algorithme du Google Knowledge Graph s’impose.

Via

Laisser un commentaire