AUBE : Test du purificateur d’air, sans filtres

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Géraud Matériel 0
AUBE : Test du purificateur d’air, sans filtres

Saviez-vous que l’intérieur de nos bâtiments est 7 à 20 fois plus pollué que l’air extérieur ? Sont en cause l’humidité, les acariens, poussières, composés organiques volatiles (COV) présents dans les plastiques, peintures, et j’en passe… C’est face à ce constat que la start-up normande AYKOW a lancé Aube, un purificateur d’air qui élimine toute sorte de polluants, allergènes, virus et bactéries.

Aube ne filtre pas, il élimine !

Compact, Aube prend la forme d’un cube de 10 cm de cotés. Son design moderne couplé au choix du coloris (blanc, noir, cuir, etc.) vous permettra de le placer dans toutes les pièces de votre habitation. Et même dans votre voiture, un adaptateur allume-cigare étant fourni. Aube purifie tout espace d’environ 15 m² en quelques minutes seulement. Contrairement à ses concurrents, Aube fait le choix de l’élimination par photo-catalyse plutôt que la filtration ou l’ionisation.

illustration Aube

Mais comment ça marche ?

Du point de vue de l’utilisateur, c’est très simple, il vous suffit de le brancher et la lumière (violette, inoffensive pour l’homme) s’allume. Ensuite il s’active et se désactive automatiquement (ou à la demande avec le bouton sur le dessus) selon la qualité de l’air. Pour supprimer les polluants, bactéries, virus et allergènes, Aube est composé de cristaux qui s’activent lorsqu’ils sont irradiés par la lumière. Il n’utilise aucun gaz et ne nécessite pas non plus de filtres, il est sans entretien. La durée de vie est donnée à 50 000 heures, soit 5 ans si vous décidez de le brancher 24h/24h, ce qui est recommandé. On notera qu’il est aussi silencieux (17 dB) qu’économe en énergie (4W) : un bon point pour ceux qui souhaiteraient le laisser dans la chambre à coucher. En revanche, sa lumière pourra déranger ceux qui dorment habituellement dans le noir absolu…

Schéma aube

Est-ce que ça fonctionne vraiment ?

Pour essayer de quantifier l’efficacité d’Aube, nous nous sommes basés sur les chiffres de notre station météo Netatmo. Certes cela se réduit à n’analyser que le taux de CO2 présent dans l’air, mais nous avons pu constater une amélioration les jours où nous branchions le Aube. En moyenne, nous avions 400 ppm (particules par million) en moins, ce qui permettait de ne plus dépasser le seuil d’alerte des 1000 ppm.

Une application mobile…

Vendu en version classique au prix de 199€, Aube est disponible également dans une version connectée (Bluetooth Low Energy) à 249€. C’est le modèle que nous avons testé. L’application mobile (disponible gratuitement sur Android et iOS) est pour le moment très simpliste et vous permet de visualiser sur un graphique le niveau de qualité de l’air mesuré par le capteur de COV (en %) au cours des 30 dernières minutes. Ni plus, ni moins. C’est un peu léger. Contactée par nos soins, l’ingénieure en charge du développement de l’application nous a précisé que la prochaine version (prévue fin août 2016) permettra l’affichage de la qualité de l’air extérieur, disposera d’un système de notification d’alertes (pics de pollen, etc.) et d’un historique sur plusieurs jours. Il sera aussi possible de coupler plusieurs Aube. Nous vous ferons un retour à ce moment là.

Laisser un commentaire