Onvachiner.fr : L’agenda des marchés aux puces

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Baptiste Internet 0
Onvachiner.fr : L’agenda des marchés aux puces

Rendez-vous avec Hugo Payet (CEO) pour découvrir et parler du projet Onvachiner.fr au travers d’une interview. Voici l’échange retranscrit que nous avons eu :

Pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Avant tout passionné de vintage et de design, j’en ai fait mon métier en devenant brocanteur et gérant de la boutique Polychrome à Strasbourg.

Egalement passionné de nouvelles technologies, j’ai depuis longtemps l’envie de concilier les deux.

Pouvez-vous présenter Onvachiner.fr à ceux qui ne le connaîtraient pas encore ?

Onvachiner est un agenda en ligne des marchés aux puces, brocantes, vide-greniers…

Un système de cartographie et de géolocalisation permet de trouver très facilement les événements proches de chez soi, et permet à nos utilisateurs de gagner beaucoup de temps dans leur recherche.

D’où vient le nom ?

Chiner signifie « Chercher des objets d’occasion, de collection, sur des marchés ou chez des antiquaires ». Et si le terme ne s’arrête pas uniquement aux marchés, c’est que le site ne s’y arrêtera pas non plus !

C’est un nom qui nous permettra d’évoluer et de nous démarquer des autres agendas.

Comment cela fonctionne ?

En arrivant sur le site, vous êtes géolocalisé (si vous l’acceptez), une recherche automatique se lance et vous renvoie les résultats de tous les événements de la semaine dans un rayon de 50km (sans un clic !).

On va chiner

Sur la gauche, un agenda classique, et au centre, une grande carte Google Maps où chaque événement est représenté par un pointeur, reconnaissable selon son type (vide-greniers de particuliers, marché pro, marché avec un thème spécifique). En deux clics, vous avez accès à toute sorte d’informations, horaires, adresse, nombre d’exposants, équipements, contact, etc. Bien sûr, il est possible à chacun de modifier sa recherche en fonction de ses besoins.

Les événements sont généralement ajoutés par les organisateurs, mais n’importe quel utilisateur peut le faire, à condition d’avoir suffisamment d’informations à apporter. Ces informations sont vérifiées et un système d’avis est en place pour éviter à nos utilisateurs de se rendre sur un événement qui n’a pas lieu (annulation ou report non annoncé).

Pourquoi et comment avez-vous eu une telle idée ?

Depuis presque 10 ans, je passe la majorité de mes dimanches matin sur les marchés aux puces, et la majorité de mes samedi soir à chercher où je vais aller, ce qui me prend beaucoup de temps.

En effet, si des agendas existent déjà (en ligne ou non), comme les marchés ont souvent lieu dans de petits villages, à moins de connaître parfaitement sa région, les localiser demande du temps.

L’ergonomie des sites existant est très discutable, leur stratégie commune étant de multiplier les pages pour augmenter les encarts publicitaires.

Le classement se fait toujours par région ou par département, ce qui n’est pas logique puisqu’il ne s’agit que de frontières administratives, et très contraignant pour les « frontaliers ». La carte permet de pallier à ces différents problèmes, de gagner du temps et d’offrir une navigation plus fluide.

D’après vous, quelle est  votre plus grande force par rapport à vos concurrents ?

L’ergonomie, l’absence de publicité, les informations contrôlées.

Comment vous rémunérez-vous ?

Aucune rémunération pour l’instant, bien sûr c’est en projet car la création, la maintenance et l’ajout de nouvelles fonctionnalités demandent beaucoup de temps, mais là encore nous innoveront et ça ne se fera pas au détriment de la qualité de la navigation. Il n’est pas question d’ajouter des bannières publicitaires, et encore moins de rendre l’accès payant mais je ne peux pas en dire plus pour le moment.

Nous avons déjà des clients potentiels. A voir d’ici la fin de l’année/le début de l’année prochaine.

Le service est lancé depuis quelques temps, quels sont les retours que vous avez eu depuis ?

Onvachiner.fr est lancé depuis tout juste un an, 10 000 événements ont déjà été référencés dessus, et leur nombre est en constante augmentation.

Le nombre de fans sur Facebook (presque 10 000) montre également que le concept plaît beaucoup.

Combien de personnes travaillent actuellement sur le projet et quelles sont leurs fonctions ?

Je travaille avec Eliel Dinaully, développeur web et mobile, et avec ma conjointe Elwir, qui est, comme moi même, très multi-tâches.

Quels sont vos projets à court terme ? Long terme ?

Pour l’instant, nous cherchons à faire connaître onvachiner.fr au plus grand nombre, et nous espérons dépasser les 30 000 événements référencés d’ici la fin de la saison (fin octobre), et commencer à monétiser le site.

A moyen terme, onvachiner se voit bien leader des agendas en ligne en France.

A long terme, l’objectif sera d’étendre le concept à d’autres aspects du marché de l’occasion et des collections (pas seulement les événements), et de l’étendre à l’international, au moins dans les pays frontaliers.

Quel est le souci qui a été le plus dur à combattre ?

L’habitude. Il est difficile de convaincre quelqu’un d’abandonner un système qu’il utilise depuis 10 ans pour passer à quelque chose de très différent. C’est valable pour les chineurs et pour les organisateurs qui publient leur événement.

Les organisateurs sont très nombreux, il s’agit souvent de petites associations, et il est difficile de les contacter. Pourtant, c’est en proposant un agenda aussi complet que possible que onvachiner pourra décoller.

Si vous aviez un conseil pour les gens qui souhaitent se lancer, quel serait-il ?

Il est possible de faire beaucoup de chose sans argent, mais il faut y passer énormément de temps !

Quelle est votre actu du moment (c’est le moment de se faire de la pub ou de nous dire ce que vous cherchez) ?

Pendant presque un an, le site était en version test, et nous étions à la recherche d’améliorations et de corrections à apporter.

Ce qui est fait depuis début avril, le site est maintenant parfaitement fonctionnel et nous sommes à la recherche de médias qui en parlent !

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Nous sommes constamment à la recherche d’avis et de suggestions, alors n’hésitez pas !

Pour clore cette interview, nous souhaitons une bonne continuation à Hugo Payet dans son projet Onvachiner.fr, en espérant que celui-ci rencontre le succès escompté. De votre côté, n’hésitez pas à faire part de vos remarques sur le service pour l’aider dans sa démarche (fonctionnalité, design, avis, etc.).

Laisser un commentaire