Pixmania : La fin du géant français de l’e-commerce

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5,00/5 - 3 vote(s))
Romain E-commerce 0
Pixmania : La fin du géant français de l’e-commerce

Vous ne le saviez peut-être pas mais depuis le 14 janvier dernier, Pixmania est en redressement judiciaire. En effet, si le géant français de l’e-commerce a connu de belles heures par le passé, il semblerait que la concurrence de plus en plus présente (Amazon et Fnac pour ne citer qu’eux) sur le marché ait réussi à avoir raison de Pixmania.

Quelques soucis de commandes

En effet, l’entreprise a semble-t-il eu quelques soucis à honorer certaines commandes (environ 30 d’après l’annonce du groupe).  C’est ce qui a mis la puce à l’oreille puisque après plusieurs plaintes sur Net-Litiges des consommateurs n’ayant pas reçu leurs commandes, nous avons découvert que l’entreprise était en redressement judiciaire depuis le 14 janvier. Malheureusement, aucune annonce n’a été faite sur ce point auprès les internautes, notamment pour ceux qui commandent encore.

La stratégie de la diversification

C’est en 2000 que Pixmania voit le jour. D’abord spécialisé dans la distribution d’appareils photo numériques à destination du grand public, le groupe ouvre en 2004 une plateforme B-to-B. En 2005, il rachète Webhallen, e-commerçant suédois spécialisé dans la vente de jeux vidéo et de produits culturels. En 2008, Pixmania ouvre une place de marché pour les magasins tiers et s’ouvre à de nombreux nouveaux segments (mode, maison, électroménager, …).

En 2010, c’est l’âge d’or pour Pixmania puisqu’il comptabilise 1500 salariés, 10 millions de clients dans 26 pays et 806 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le groupe commencera alors à décliner d’année en année. Il continuera tout de même à se diversifier en ouvrant de nouveaux rayons (immobilier, bagagerie, …), constituera le site e-commerce de Carrefour pour les produits non alimentaires et ouvrira un love shop ainsi que sa propre marque de joaillerie Rose & Kara en février 2012.

Le 5 février, date fatidique !

C’est à cette date que le tribunal de justice donnera sa réponse finale sur l’avenir de Pixmania et que l’on connaîtra peut-être le nom du repreneur. Trois options s’offrent aux juges avec des conséquences très difficiles pour les 200 employés du groupe :

  • La liquidation complète : cessation d’activité, fermeture du site, les dernières commandes seront honorées et les 200 employés licenciés
  • L’autorisation du rachat par le site de vente flash Vente Du Diable qui propose 400 000 euros pour racheter Pixmania avec le maintien de 39 employés
  • L’autorisation du rachat par le fournisseur de Pixmania à 1 euro symbolique mais avec le maintien de 59 emplois

Via

Laisser un commentaire