L’e-commerce à la conquête des réseaux sociaux

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5,00/5 - 5 vote(s))
WebLife E-commerce 6
L’e-commerce à la conquête des réseaux sociaux

En tant qu’acteur du e-commerce, vous profitez des fonctions de partage sur Facebook et Twitter lors de la réalisation de vos études de marché sur Survey Monkey, de votre vidéo sur Vimeo et de votre bilan annuel sur Slideshare. Non, la corrélation entre le commerce en ligne et les réseaux sociaux n’est plus à prouver. Ledit « social commerce » entre de plus en plus dans les mœurs. Si les entreprises classiques et autres pure players peaufinent leur présence sur les réseaux les plus fréquentés par les « socioconsommateurs », les réseaux sociaux eux-même s’attaquent au e-commerce, à la recherche d’un business plan pérenne. À tour de rôle, ils tâtonnent et testent les possibilités qui s’offrent à eux. Vont-ils progressivement devenir une plateforme de commerce en ligne ? Quelles confiance et crédibilité accorder aux réseaux sociaux si la fonction commerciale envahit nos échanges ?

Sur les traces de WeChat

WeChat équivaut à peu près à la version chinoise de Whatsapp, son principal concurrent. L’an dernier, le réseau social asiatique estimait à plus de 500 millions son nombre d’inscrits, dont plus de 100 millions résideraient hors de Chine. Si WeChat reste peu connu à l’étranger et n’effraie pas les réseaux sociaux les plus influents, son modèle e-commerce semble – quant à lui – loin d’être inintéressant. Basé sur la géolocalisation de ses membres, WeChat propose en partenariat avec les plus grandes marques de luxe et autres sociétés de taxis des bons plans et conseils pour effectuer son shopping dans les parages ou pour rentrer chez soi sereinement.

« buy now » by Twitter

Apparu récemment pour le compte de Fancy, une boutique en ligne américaine, le bouton « buy now » de Twitter pourrait bien intégrer un jour l’ensemble des comptes commerciaux. Intuitif pour le consommateur, il permettrait d’acheter en direct tel ou tel produit, cité dans nos propres tweets. Certainement sur un principe d’affiliate marketing, les marques paieraient probablement Twitter au moindre clic et au nombre de transactions effectuées par ce biais. Ni Twitter, ni Fancy n’ont souhaité répondre aux questions concernant la probable intégration définitive de ce bouton énigmatique.

Le bouton « acheter » testé sur Facebook

Dans le même principe, Facebook met à l’essai son bouton « acheter » ou « buy » en anglais. Depuis mi-juillet, la société de Marc Zuckerberg teste avec quelques PME la fiabilité de son bouton e-commerce. Ce dernier permet aux utilisateurs de Facebook de passer commande sans même quitter l’interface sociale. Selon le réseau américain, il ne s’octroie pour l’instant aucune commission sur les clics et transactions effectuées par les socionautes. Cette opportunité de financement pourrait bien faire partie intégrante du business plan de Facebook pour les années à venir.

Pinterest, Instagram, LinkedIn, Viadeo… Qu’en est-il des autres réseaux sociaux ? Même si les stratégies de commerce en ligne seront différentes pour chacun d’entre-eux, ils sont tous en mesure de développer un plan efficace pour les années à venir. L’apparition des boutons « buy » de Facebook et Twitter devrait donner de bonnes idées aux autres réseaux. Il reste à savoir si cet aspect commercial représente un frein ou une motivation dans l’acte d’achat des socionautes.

Laisser un commentaire

6 commentaires le "L’e-commerce à la conquête des réseaux sociaux"

  1. Ludo 28/07/2014 à 15:40 · Répondre

    Ne serait-ce pas plutôt les réseaux sociaux qui partent à la conquête de l’e-commerce ? ;)

Rétroliens de cet article

  1. L'e-commerce à la conquête des r&e...
  2. L'e-commerce à la conquête des r&e...
  3. Actu/news informatique 4 | Pearltrees
  4. L'e-commerce à la conquête des r&e...
  5. L'e-commerce à la conquête des r&e...